MINUTE PAPILLON …
Juin 2012 | Travail de fin d'études

De mémoire d’homme(s)

SYNTHÈSE DE LA MÉMOIRE

Travail de diplôme réalisé au retour de mon séjour à New York (…) L’objet est un livre avec une couverture souple et un élastique, le format d’un carnet de voyage, un truc pas dommage, qui s’emporte partout.

Le titre fait référence au thème imposé ; celui de la mémoire. Il fait également référence au fil rouge de mon travail photographique, les gens. En effet, l’architecture ne m’intéresse pas spécialement. Elle est la même tous les jours et pareille pour tout le monde. Les gens, qui sont simplement au même endroit au même moment définissent l’instant.

Pour réaliser le shéma du livre, j’ai d’abord écrit une histoire. Celle d’un homme, qui retourne à New York après une longue absence. Il se souvient alors de plusieurs personnes et chacune possède une histoire en lien avec le thème de la mémoire. Un vétéran de la guerre du Viêt Nam a éradiqué de son souvenir des moments trop douloureux, une femme battue ment à sa fille par honte, erronant l’image que celle-ci tient de son père, une petite fille veut connaître l’arbre généalogique que ses parents peinent à remplir.

Puis j’ai effacé progressivement du texte, jusqu’à ne retenir que des phrases indépendantes. Je les ai transformées, adoucies, améliorées et même réordonnées ; comme notre mémoire agit avec nos souvenirs.

Le graffiti au spray est très représentatif de l’art urbain de la ville. Je les ai tous taillés, sprayés, scannés. Ils illustrent les phrases les plus importantes de mon message.

Les illustrations représentent des scènes que je n’ai pas pu photographier mais qui m’ont marquée. Je devais donc utiliser un moyen pour les encrer dans la mémoire du livre.

Les double-pages en noir et blanc contiennent un garde-page sur lequel est indiqué plusieurs adresses qui ont marqué mon voyage, qu’elles aient été partie de ma routine ou qu’elles aient marqué un seul instant. Elles sont triées par thème. Ainsi le garde-page « French Fries » contient des adresses de cabanes à hamburgers, par exemple. Le titre est en anglais, car il ne s’agit plus de pensée interne, mais de contact avec l’extérieur, avec New York elle-même. Chaque adresse est accompagnée de son code GPS.

© Roxanne Borloz, 2012